jalouser


jalouser

jalouser [ ʒaluze ] v. tr. <conjug. : 1>
• v. 1300; de jaloux
Être jaloux (2o) de, considérer avec jalousie. envier. Jalouser qqn, la réussite de qqn. Et mon esprit « Jalouse du néant l'insensibilité » (Baudelaire). Pronom. (Récipr.) Rivales qui se jalousent.

jalouser verbe transitif Considérer quelqu'un avec jalousie, éprouver à son égard un sentiment d'envie : Jalouser un concurrent pour sa réussite. Désirer ardemment une chose possédée par un autre et que l'on regarde comme un avantage enviable : Jalouser les qualités d'un ami.jalouser (synonymes) verbe transitif Désirer ardemment une chose possédée par un autre et que...
Synonymes :
- porter envie

jalouser
v. tr. Considérer avec envie et dépit (la situation ou les avantages d'une personne, cette personne). Jalouser la promotion d'un collègue. Jalouser ses frères.
|| v. Pron. (récipr.) Ils se jalousent à tout propos.

⇒JALOUSER, verbe trans.
Qqn jalouse qqc./qqn. Ressentir de la jalousie envers quelqu'un ou pour quelque chose. Synon. envier. Il comprit sa vie petitement et jalousa tout ce qui n'était pas flétri et brisé comme lui (SAND, Lélia, 1839, p. 509). Je jalouse le sort des plus vils animaux Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide (BAUDEL., Fl. du Mal, 1857, p. 52) :
1. Quand même il était pas content, il me jalousait moi, mes idées, mes trésors spirituels, ma prestance, la façon qu'on m'appelle « docteur ».
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 44.
Emploi pronom. réciproque. Les deux sœurs se jalousent, voyez-vous? C'est encore une preuve de leur tendresse (BALZAC, Goriot, 1835, p. 150). Je n'ai traversé que pays qui se suspectent, que villes qui se jalousent (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 232) :
2. Les deux hommes qui, par leur situation personnelle et leur popularité, pouvaient prétendre à un grand rôle, La Fayette et Mirabeau, se jalousaient et ne s'entendaient pas. Tous deux se servirent des mêmes moyens, (...) pour arriver au pouvoir.
BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 49.
REM. Jalousé, -ée, part. passé en emploi adj. Considéré avec jalousie. Il ramassa les papiers épars sur le lit, il les déchira, les broya, comme s'il avait voulu anéantir tout ce travail imbécile et jalousé (ZOLA, Argent, 1891, p. 425). En emploi subst. De la part d'un amoureux qui ennuie, la jalousie doit inspirer un souverain dégoût qui va même jusqu'à la haine, si le jalousé est plus aimable que le jaloux (STENDHAL, Amour, 1822, p. 113).
Prononc. et Orth. : [], (il) jalouse []. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. Fin XIVe s. (Cent ballades, éd. G. Raynaud, p. 94). Dér. de jaloux, -ouse; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 201. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 187, b) 403; XXe s. : a) 352, b) 267.

jalouser [ʒaluze] v. tr.
ÉTYM. Fin XIIIe (fin XIVe selon T. L. F.); de jaloux, et suff. verbal.
Être jaloux (2.) de, regarder, considérer (qqn) avec jalousie, envie. Envier; envie (porter envie). || Jalouser son prochain, ses concurrents, ses rivaux.Jalouser les heureux de ce monde, le sort du voisin (→ Geindre, cit. 8).
1 Et mon esprit, toujours du vertige hanté,
Jalouse du néant l'insensibilité.
Baudelaire, Nouvelles Fleurs du mal, VIII.
2 Les intrigues de l'Élysée, où l'on jalousait et craignait son prestige, l'en avaient longtemps écarté (…)
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 41.
——————
se jalouser v. pron. (Récipr.).
|| Villes, pays qui se jalousent (→ Haut, cit. 22). || Petits clans qui se jalousent.
——————
jalousé, ée p. p. adj.
Que l'on jalouse. || Des avantages très jalousés. || Une femme détestée et jalousée (→ Expulser, cit. 4).
REM. Le mot est relativement détaché de jaloux et de jalousie dont il ne conserve guère qu'une acception. On rencontre cependant des exemples (exceptionnels) où jalouser s'applique à la jalousie amoureuse (ici au p. p. substantivé).
3 De la part d'un amoureux qui ennuie, la jalousie doit inspirer un souverain dégoût qui va même jusqu'à la haine, si le jalousé est plus aimable que le jaloux.
Stendhal, De l'Amour, p. 113, in T. L. F.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • jalouser — (ja lou zé) v. a. 1°   Avoir de la jalousie contre quelqu un. •   On ne jalouse que ses supérieurs, DUCLOS Consid. sur les moeurs, ch. I. 2°   Se jalouser, V. réfl. Avoir de la jalousie l un pour l autre. Les gens de même métier se jalousent… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • JALOUSER — v. a. Avoir de la jalousie contre quelqu un. Jalouser ses concurrents.   Il s emploie avec le pronom personnel, comme verbe réciproque. On ne voit que trop souvent les gens de même métier se jalouser entre eux. JALOUSÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • JALOUSER — v. tr. Avoir de la jalousie contre quelqu’un. Jalouser ses concurrents. On ne voit que trop souvent les gens de même métier se jalouser entre eux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • jalouser — vt. , envier : jalozî (Albanais), jalouzî (001a, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • jalouziñ — jalouser …   Dictionnaire Breton-Français

  • Brahmājālasūtta — Le Brahmājālasūtta, sūtra du filet de Brahman, est un texte, comme tous les sutras, attribué à Gautama Bouddha. Il est le premier sūtta de la collection du Dīgha Nikāya, la collection des sûtras long, faisant partie de la corbeille Sutta Pitaka… …   Wikipédia en Français

  • envier — [ ɑ̃vje ] v. tr. <conjug. : 7> • 1165; de envie 1 ♦ Éprouver envers (qqn) un sentiment d envie (I, 1o et 2o), soit qu on désire ses biens, soit qu on souhaite être à sa place. ⇒ jalouser. Envier les autres, qqn d heureux, qqn qui réussit.… …   Encyclopédie Universelle

  • jaloux — jaloux, ouse [ ʒalu, uz ] adj. et n. • XIIIe; jalos, gelos 1160; a. provenç. gilos, lat. pop. °zelosus, gr. zêlos→ zèle 1 ♦ Vieilli ou littér. JALOUX DE (qqch.) :particulièrement attaché à (qqch. qui tient à cœur). Être jaloux de sa réputation,… …   Encyclopédie Universelle

  • voisin — voisin, ine [ vwazɛ̃, in ] adj. et n. • 1180; lat. pop. °vecinus, de vicinus 1 ♦ Qui est à une distance relativement petite. ⇒ proche, rapproché. États voisins. « Les jeunes gens des villages les plus voisins » (Flaubert). Maisons voisines. Qui… …   Encyclopédie Universelle

  • sort — [ sɔr ] n. m. • 1080; lat. sors, sortis 1 ♦ Effet magique, généralement néfaste, qui résulte de certaines opérations de sorcellerie. ⇒ 2. charme, ensorcellement, jettatura, maléfice, sortilège (cf. Mauvais œil). Jeter un sort à qqn. ⇒ ensorceler …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.